Blogg

RSS
  • M A X I M A L I S T.

    28 apr 2011, 01:20

    Baths - Maximalist

    http://www.youtube.com/watch?v=zemkodUsPEw

    [Je tiens à préciser que ce son est mon son préféré, sûrement ex aequo avec Aerodynamic de Daft Punk.]

    Ce son est représentatif du génie de Baths. Une composition magistrale crée à partir de sons auxquels personne n'aurait pu penser, le tout mélangé et mixé parfaitement, de manière atypique, dans un contexte bien précis. La spiritualité qui se dégage de la mélodie est énorme, je ressens des frissons chaque fois des 500 fois que je l'ai écoutée.

    Et c'est parti. Des vagues de son profondes introduisent la chanson... ça semble voyager de droite à gauche, et ça produit un effet de mouvement dès les premières secondes. Les percussions faibles derrières rendent cette impression encore plus deep. Et d'un seul coup, zouip ! Un bruit de scratch soudain coupe ça, et ça commence brusquement !
    La mélodie est crée à partir d'une demi douzaine de voix et d'échos, assemblés pour créer un tas de bruit glitchique, rythmé de manière à ce que, à chaque fraction de seconde, la musique reprenne et s'arrête, créant un effet de stop motion énorme, ayant pour conséquence une amplification des battements. Les vagues profondes derrière, paraissant à des clap, et les percussions profondes et rythmées agrémentent le tout. Dès les 15 premières secondes, on est déja transportés, on ressent comme si notre âme s'éteignait et se rallumait sans arrêt. Damn que c'est bon.
    Et ainsi, les voix qui servent de mélodie laissent encore brusquement place à un autre son. On passe de la multitude de pistes vocales à un doux piano lo-fi, avec un sourd écho. La mélodie est douce et belle, on a le temps de reprendre nos esprits.
    Et là une voix féminine surgit inopinément, et dit : "Shining a light of beauty in the universe." Ces profondes paroles semblent être le résultat de cette première minute de musique... Puis c'est parti pour les 41 secondes les plus intenses de votre vie.
    La mélodie de voix du début est retravaillée. Maintenant, encore plus glitchique et coupée, et extrêmement intense et rapide. Chaque piste semble en parfaite cohabitation avec l'autre, tout est fluide au possible, c'est du travail de maître, timé parfaitement de manière à produire un sentiment hyper intense et profond. Vous croyiez avoir tout vécu avec la première minute ? Ce n'était rien comparé à ça. Arrivant soudainement et en plein milieu de la chanson, ça prend de fouet, et ça ne s'arrête pas. Entrecoupé par un "Love" masculin et profond, puis un "My Life" rapide et pénétrant, la mélodie reprend de plus en plus intensément, et c'est le climax. Le son, les vagues, les échos, les percussions, c'est le point culminant de toute la production musicale de Baths. Toutes les pistes sont confondues à cet instant même, multipliant l'eargasm. C'est énorme ! et pendant toutes ces 41 secondes en crescendo, on a à peine le temps de se reposer.
    Les paroles reprennent, comme une sorte de dialogue sourd et simpliste, paradoxalement au titre, prenant des proportions énormes. Bien sûr, de manière soudaine, pour accentuer l'effet de stop motion. What's love telling me to do right now ? La musique du début reprend, comme si la chanson recommençait. Takes a lot of courage to go out there and radiate your essence ! et la mélodie du début reprend, comme si elle avait été troublée par le dialogue, devenant plus rapide et violente, puis se calmant. Les phrases ont agi comme un élément perturbateur... ! et c'est le dénouement.
    Le dialogue se calme, les voix continuent, tout redevient comme avant... encore une minute de bonheur ! Et les premières secondes de la chanson, les vagues, reviennent... Comme si la musique avait progressé à l'envers, revenant à sa naissance.

    La densité de la musique se ressent, on est pas le même, on est empli d'une sensation de légèreté. Tout est magnifique autour de nous, on ressent chaque chose en grand. C'est peut-être ça, être maximaliste, finalement...

    [hr]

    Regardez l'intensité de comment il le joue, live : http://www.youtube.com/watch?v=zemkodUsPEw

    Maximalist
    From Cerulean
  • La plus belle mort possible.

    10 mar 2011, 23:18

    http://www.youtube.com/watch?v=n8CB3neXEso

    Crystal Castles - I'm made of chalk

    Ce qui semble être un morceau bien saccadé et qui, à la première écoute, peut repousser la majorité des personnes, est en fait toute une oeuvre à interpréter comme la transition entre vie et mort. Sûrement l'une des plus belles créations musicales que je connaisse. C'est plus qu'une suite de pistes, c'est tout un cheminement qui est composé de plusieurs étapes, chacune étant un passage qui crée une émotion différente. Et le tout combiné crée un sentiment tellement planant qu'on croirait être au paradis.

    Des cris. Des fracas. Des bruits stridents et saccadés, une ambiance bien trash, d'où des semblants de voix s'échappent difficilement. 25 secondes de BRUIT, qui créent une ambiance bien bordélique et désordonnée. C'est l'overdose. On est en train de vivre l'un des moments les plus intenses qu'on pourrait vivre, on ressent tout au maximum, on est au point culminant de la défonce. Tout semble partir. Tout s'intensifie pourtant, la musique devient forte, la voix résonne comme un écho, un cri, une alerte. On est tout simplement en train de crever.
    On meurt. La sensation atteint le cerveau, et on tombe. On se fracasse contre le sol.
    Et c'est là que la magie opère. On est transporté directement dans un autre monde. On est entre la vie et la mort, on est dans un espace où tout devient lent, et doux. Une douce berceuse remplace le strident et violent bruit d'un seul coup, sans prévenir. On s'endort, et on rêve d'un endroit où tout a disparu, il n'y a que des esprits qui paraissent errer comme toi. Tout est noir et flou, la musique s'intensifie, on sent que ça devient intense. C'est plus ambiant qu'autre chose, on ressent une vibration qui accompagne cette berceuse, comme une sorte d'écho altéré qui intensifie cette situation. On entend encore faiblement des échos de voix, qui semblent juste passer et se répéter, comme incrustés et transparents, ils font partie de la berceuse. Tout est doux. On sent qu'on vit un moment INTENSE, on part, on est en train de mourir doucement, contrastant avec la réalité. Tout est alors décuplé, la musique devient forte, la berceuse devient un véritable hymne, une représentation de l'esprit qui s'en va, qui vit ses derniers moments pour fuir. Ca accélère, on se sent réellement léviter, tout devient divin, fort, même la voix se transforme en une vague sonore qui guide la piste principale. C'est la fin. C'est beau, c'est puissant, intense, on vit un moment qui sera sans doute le dernier... Et sans doute l'un des meilleurs. On est transportés. Tout s'intensifie, jusqu'au point culminant.
    Et là, fidèle à la réalité, tout s'arrête, la musique change... Du moins recommence. On se réveille in extremis de la mort... Et on entend plus clairement la voix.
    "... Are you ok ? Are you okaaaay ? Aaare you okaaaay !!! "
    On a été sauvé par notre compagnon de drogue, qui a flippé sa mère vu les cris de la première partie. On arrive à discerner son inquiétude lors de ce pseudo réveil... Nos yeux restent fermés, on revient juste vers la source, on est tirés... on essaye de se réveiller, de reprendre conscience, mais c'est en vain. La voix se brouille encore, la question semble devenir un véritable supplice à notre compagnon à chaque fois... Tout se brouille... L'écho reprend, tout redevient intense. On repart, on a ressucité le temps de comprendre ce qui se passait. Là la voix devient désespérée, tout s'accélère, tout devient aigu, fort, la voix est désormais tout un ensemble, un assaut sonore, la phrase qui était répétée se transforme peu à peu, on discerne alors le moment fatidique, le dernier mot.
    NOOOOOOOOO-------
    Un no intense qui se perd dans ses propres échos, et révélateur de la situation. C'est bel et bien la mort, notre compagnon l'a compris, il est en train de nous perdre. On meurt. C'est la mort. On se retrouve alors dans une cacophonie qui est cependant mélodieuse malgré son côté assez désordonné. Le Nooooo se désagrège, il fait partie de la piste, il accompagne le chemin vers la lumière, qui semble être un appel divin vers le paradis.
    On est mort. Et c'est sans doute la mort dont nous rêvons tous. La plus belle mort possible, et la plus douce et intense, ce qui est paradoxal par rapport à la violence physique de cette mort, car tout s'éteint brutalement. Mais la lumière nous appelle. Je croirais presque en Dieu...

    <3

    I Am Made of Chalk
  • Seaside Town ou le voyage spirituel.

    3 mar 2011, 03:26

    Aujourd'hui, j'ai décidé d'écrire un article pour vous faire découvrir l'un de mes plus gros coups de coeur :

    Baths - Seaside Town.

    http://www.youtube.com/watch?v=CXlZXihIz-w

    C'est l'une de ces chansons juste parfaites. Un thème qui rappelle une résidence, un petit endroit dans une plage privée, où on serait allé en été, adolescents, et où on aurait rencontré des gens inoubliables. On se redécouvre.
    On se sent comme dans une marche sur le sable mouillé, au coucher du soleil. On s'assieds sur un rocher, contre les vagues, en sentant l'iode nous chatouiller les narines.

    C'est un son qui est chill au possible, où chaque piste, chaque son, semble fondre dans un grand ensemble fluide. La chanson est progressive... Et évolue à l'envers, devenant de plus en plus simpliste. Rythmée par des phrases simples et enfantines, la chanson nous fait évoluer et nous guide dans cette sensation de bien être. On est transportés dans la chanson, on vit seaside town. Avec les bruits de ruissellement derrière, on ferme les yeux et on se sent dans un film en stop motion. Ca s'estompe, le souffle derrière devient intense et chill, on navigue sur ce flow, faisant la planche dans cette mer.
    Tout s'accélère. Tout s'estompe, et là, It flows with their spirit. Cette phrase met le ton, on est entourés d'âmes, de lumière, de bonheur, on ressent l'incroyable, la vie. Et là tout se tait, la flute virevolte autour du souffle divin derrière pour créer un chant angélique. Nous sommes au paradis, entre ciel et ... mer. Le son devient seulement des battements, le souffle seul qui reprend en laissant de faibles pauses entre chaque vague. On se concentre, on ferme les yeux. Ce sont nos battements, on peut les sentir. On est vraiment immergés dans le son, la musique est en intimité avec nos tympans.
    Chute. Tout s'arrête, après les battements de plus en plus rapide, un son constant, on reprend ses esprits, on se réveille. On redescend sur Terre, on revit. Et on sort d'une expérience énorme. Cette transition est elle-même ponctuée par les questions philosophiques de la douce voix. Ca concorde, on ressort du paradis, on se réveille, on se pose des questions.
    Et là, cheer up ! trust in your spirit ! La musique reprend ! Tout s'enchaîne, chaque piste se chevauche de manière homogène, et la flute se fait entendre peu à peu. On est CHILL.
    C'est la fin, on a répondu à nos questions, on a repris goût à la vie, on est bien. Et tout redescend continuellement... Et on est bien.

    Et tout ça en un peu plus de 3 minutes...

    C'est la magie de Baths.
    Baths
    Cerulean
    Seaside Town